Équilibre et harmonie

Comment trouver son équilibre de vie dans un environnement contraignant et notre humaine imperfection?

Qui ne s’est jamais entendu dire: « il faut t’adapter ». S’adapter à son poste de travail, à ses relations, à son environnement … On se le dit parfois à soi même face à une situation: « je vais devoir m’adapter » ou « je dois m’adapter. »

Il est plus rare d’entendre dire, il faut t’actualiser, aller vers ce qui t’anime. Etre à l’écoute de soi, de ses rêves, de ses valeurs, apprendre à se respecter … Cela pourrait se résumer selon la phrase de René CHAR: « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

S’actualiser revient à porter des actions, des changements, qui trouvent leurs origines dans l’expression du potentiel de la personne et contribuent à son épanouissement, à son bonheur.

« Pour faciliter son actualisation, la personne doit davantage apprendre ce qu’elle est et non plus devenir ce que les autres veulent qu’elle soit. »

S’adapter ou s’actualiser, trouver l’équilibre

Il ne s’agit pas de s’identifier dans une case et de se définir comme tel. Selon les circonstances nous pouvons nous révéler différemment. Cependant lorsqu’il y a une perception négative, de l’insatisfaction ou le besoin de s’améliorer, faire évoluer les curseurs de notre capacité d’adaptation et d’actualisation est généralement nécessaire pour son équilibre. Dans les situations de burn out on peut trouver la conséquence d’un ajustement insuffisant entre la capacité à s’actualiser et à s’adapter.

chemin de l'actualisation

 

S’adapter, un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur

S’adapter permet d’entrer dans une dynamique d’ajustement en réponse à ce qui nous est extérieur. En quelque sorte, c’est faire avec … c’est s’accommoder de … S’adapter à … quelque chose ou à des personnes, à des codes sociaux, à une culture …

La notion d’adaptation peut être perçu comme une forme de contrainte plus ou moins acceptable et acceptée, selon si nous sommes ou pas à l’origine de la décision qui induit la nécessité de s’adapter. Plus nous y sommes volontaires, plus notre disposition, ouverture d’esprit, envie, faciliteront l’acceptation des changements nécessaires.

Si vous décidez de déménager, il est probable que la décision soit mieux vécue que si vous y soyez contraint (mutation professionnelle, logement détruit …). Inversement, vous pouvez vivre un changement dont vous n’êtes pas à l’origine et l’accueillir favorablement. L’origine décisionnelle ne conditionne pas le résultat mais la disposition à accueillir la nouveauté et à se mettre en mouvement.

 

S’actualiser, un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur

S’actualiser c’est faire davantage en fonction de soi. C’est entrer dans une dynamique d’ajustement en réponse à ce qui nous est intérieur. C’est être dans un processus où l’on cherche à concrétiser, à matérialiser, notre univers intérieur dans notre vie. Nous accomplissons nos actes davantage à partir de notre intuition, de notre cœur, de nos valeurs.

S’actualiser c’est s’éloigner de la posture qui consiste à être corps et âme adaptable. L’actualisation de soi donne à la personne la possibilité de se percevoir davantage actrice de sa vie, de pouvoir exprimer ce qu’elle est, ce qu’elle ressent. Sans doute le sentiment d’une plus grande liberté, harmonie.

Autrement dit, la personne crée davantage son univers que ce qu’elle ne subit l’environnement. Elle transpose et concrétise des parts essentielles de sa réalité intérieure vers l’extérieur.

 

S’adapter ou s’actualiser, une recherche d’équilibre !

Comme l’homéostasie, nous cherchons un équilibre de vie dans un univers de contraintes. Il est parfois étonnant de constater que même si l’équilibre est précaire ou inconfortable, la personne préfère maintenir cet état que d’en changer. Ce que nous connaissons nous rassure, « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ».

Aussi, ce à quoi nous nous sommes adaptés, ce qui nous est donc connu, peut être même largement préféré à une probable meilleure solution. La peur de l’inconnu, d’un potentiel changement, est alors plus forte que l’état d’insatisfaction de la situation présente.

Plus vous êtes adaptés à votre environnement, plus vous serez susceptible d’y survivre. L’extrême contre partie est d’en arriver jusqu’à devoir ignorer ce que vous êtes, ce que vous ressentez. Dans l’absolue, l’environnement n’a que faire de votre personnalité, de votre développement personnel, il s’impose à vous. Comme symbolisé par l’horizontalité de l’axe des abscisses, coller à l’environnement revient à s’éloigner de sa verticalité ce qui peut être source d’inconfort, de stress. C’est la dose qui fera le poison. S’actualiser, c’est symboliquement se verticaliser tel l’axe des ordonnées. Le risque est de se démarquer, de s’exposer, de s’exclure de l’environnement mais c’est aussi pouvoir prendre sa place, s’exprimer, exister dans ce qui vous réalise.

 

Si vous avez aimé l’article merci pour votre like ! partage !

Constatant l'impact de l'alimentation sur ma santé, j'ai depuis 1986 développé mes connaissances et expériences dans ce domaine ainsi que dans d'autres secteurs liés au bien-être, au développement personnel, à la communication. Le constat de l'évolution du monde du travail (situations de mal être au travail, de stress, de burn out ...), l'accélération des changements de la société et les besoins diversifiés en matière d'accompagnement des personnes ont été des sources d'inspiration à vouloir trouver une façon d'aider qui soit complémentaire à mes activités professionnelles. Exerçant successivement des métiers d'animation, d'enseignement, d'aide aux personnes, le coaching est depuis 2011 l'approche principale par laquelle j'accompagne les demandes de changement et de recherche de solutions.

Aucun Commentaire

9

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.