Notre peur est notre lumière !

notre peur« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous soyons puissants au-delà de toutes limites. C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous demandons : « Qui suis-je pour être brillant, radieux, talentueux et fabuleux ? » En fait qui êtes-vous pour ne pas l’être ? » – Marianne Williamson « A return to love – 1992« 

Notre peur : une absence de lumière !

Si l’obscurité n’existe que par l’absence de lumière, qu’en est-il de notre peur ?

Notre peur existerait-elle par l’absence de confiance en soi, par un manque de valorisation … ?

Vue sous cet angle, notre peur est déjà moins perçue comme quelque chose dont nous serions coupable, responsable, honteux … mais plutôt comme quelque chose qui nous a manqué, que nous n’avons pas ou mal reçu …

Notre peur a grandi par l’absence d’un pas supplémentaire qu’il aurait suffi de franchir, par l’absence d’une présence qui ne nous a pas ou su rassurer … au bon moment.

N’habitons plus notre peur avec le sentiment d’être une victime plongée dans l’obscurité mais avec l’opportunité de considérer notre peur comme le révélateur d’un chemin de développement personnel.

Un axe de lumière à (re) conquérir, à accepter … et en tout état de cause une mise en valeur de ce que vous êtes déjà car pour continuer à exister si grande est votre obscurité vous avez su développer des qualités opposables, contraires, complémentaire … « ce qui ne tue pas rend plus fort« .

Tel est le principe du yin et du yang, « Tout a une face et un dos, plus grande est la face plus grand est le dos. »

Notre peur : l’art de choisir l’ombre !

A l’image des tableaux de peintres où la lumière est tout aussi présente dans les couleurs les plus noires, réside en notre peur de grands espaces de lumières.

Notre peur est bien souvent le résultat irraisonné de notre mental. A une situation donnée :

  • nous élaborons des scénarios catastrophes
  • nous la percevons telle qu’elle ne l’est pas en réalité
  • elle amplifie nos croyances limitantes …

Si notre peur est un frein à notre épanouissement, que nos peurs nous amènent à vivre un sentiment de déséquilibre permanent, il est peut-être temps de faire ce premier pas vers soi car personne ne peut le faire à notre place ?

Notre peur : l’affronter !

Tel un gymnaste qui contraint son corps a obtenir le meilleur de soi, notre mental a besoin de s’exercer, de se confronter … encore et encore à ses freins qui le limitent pour qu’en fin notre perception, notre habitude … changent et génèrent plus d’ouvertures pour accueillir, diminuer, éliminer notre peur.

  1. Commencer par identifier le plus clairement possible ce qui vous effraie et faites une liste si besoin
  2. Classer vos peurs par ordre croissant. De la plus petite à la plus importante
  3. Mettez-vous en situation pour vous confronter à la moins forte jusqu’à vous familiariser
  4. Passer à la suivante

 

Ces articles pourraient vous intéresser :

La peur m’inspire

Vous avez le pouvoir

Peur de vivre pour ne pas mourir: sortir de sa prison

Coach professionnel, j’accompagne les particuliers (adolescents et adultes) et le personnel d'entreprises à réaliser leurs objectifs de vie privée et professionnelle (décision, orientation, confiance, relation, prise de poste, performance, développement personnel, ...)

Aucun Commentaire

5

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.